{NEWS} -

Retour
 Modèle spatial et hybridation chez le Chat forestier en Lorraine
09/11/2016
Modèle spatial et hybridation chez le Chat forestier en Lorraine

Notre partenariat mené de longue date avec l'UMR-CNRS et l'université Claude Bernard de Lyon vient de se concrétiser par la publication d'un article scientifique dans la revue "Conservation Génétics".


Cet article met en lumière les résultats concernant le suivi spatio-temporel des Chats forestiers suivis dans le sud lorrain entre 2008 et 2011. Il apporte aussi quelques informations concernant l'utilisation de l'habitat par l'espèce et quantifie le taux d'hybridation dans un milieu fragmenté.

Vous trouverez ci-dessous le résumé de l'article que nous avons pris la peine de traduire en français (siouplaît...). Toutefois, si celui-ci vous laisse sur votre faim, il nous est possible de vous renvoyer l'intégralité de l'article en anglais... N'hésitez pas à nous le demander!

LOANA tient à remercier chaleureusement Dominique Pontier et les auteurs de cet article pour avoir vulgariser l'ensemble des résultats de cette étude.

Chat-lutation!

Guillaume Leblanc pour LOANA


Résumé de l'article :
 
L’hybridation entre le Chat forestier européen (Felis silvestris silvestris), et le chat domestique (Felis silvestris catus), a déjà été montrée  dans plusieurs pays européens avec des structures paysagères différentes dans des proportions diverses.

Dans cette étude, nous nous sommes attachés à travailler localement sur une population de Chats forestiers européens vivant dans des forêts fragmentées par un paysage agricole ouvert du nord-est de la France.

Notre objectif était de mieux comprendre l'organisation spatiale des Chats forestiers dans ce type particulier d’environnement, et si cette dernière pouvait avoir une incidence sur le taux d’hybridation entre les populations de Chats domestiques et les populations de Chats forestiers.
Ainsi, nous avons combiné le suivi spatio-temporel par radio-tracking et la génétique en utilisant des marqueurs microsatellites pour évaluer à la fois le modèle de répartition et le niveau d'hybridation de cette population de Chats forestiers.

L'hybridation est rare dans cette population de Chat forestiers avec un seul hybride présumé (très probablement issu d’un croisement antérieur) détecté parmi les 42 Chats forestiers.

Spatialement, nous avons constaté que la plupart des femelles étaient concentrées à l'intérieur de la forêt, tandis que les mâles se tenaient à la périphérie ou à l'extérieur de la forêt. De plus, il apparaît que beaucoup de mâles et de femelles ont des liens de parenté.

Un tel modèle spatial pourrait limiter les contacts entre les Chats domestiques mâles et les Chats forestiers femelles et peut être l'une des raisons qui expliquent le faible taux d'hybridation de cette population de Chats forestiers et ce malgré le caractère fragmenté de l’habitat. En revanche, nous ne pouvons pas exclure que la présence d’hybrides puissent être plus importante dans les populations voisines de Chats domestiques.

Nos résultats inédits suggèrent que la configuration paysagère et le modèle spatial peuvent influencer le flux génétique entre les populations des deux sous-espèces.
 
Mots-clés : Felis silvestris silvestris,  Hybridation, Marqueurs microsatellites, parenté, fragmentation de l'habitat, Radio-tracking.