{NEWS} -

Retour
Une solution de relogement pour les balbuzards de Moselle
15/09/2014
Une solution de relogement pour les balbuzards de Moselle

Au début du 20e siècle, le Balbuzard pêcheur cesse de se reproduire en France continentale. Les persécutions ont eu raison de cette espèce autrefois abondante dans une grande partie de l’Europe et vraisemblablement largement répandue sur le territoire national. Son retour en France (en Forêt d’Orléans) date des années 1980. Le contexte est alors différent de celui du début du siècle : les Balbuzards, comme tous les rapaces, sont nouvellement protégés en France par la loi du 10 juillet 1976. C’est à partir de ce couple qu’un noyau de population s’étend progressivement en région Centre. Pour soutenir son développement, un Plan National de Restauration est mis en œuvre pour la période 1999-2003. La population connait alors une bonne dynamique. En 2004, on recense 20 couples. L’évaluation du plan met en évidence la nécessité de poursuivre les actions et un second Plan National d’Action voit le jour pour la période 2008-2012. L’enjeu est de multiplier et de pérenniser de nouveaux sites de présence.

Actuellement, la population de l’hexagone compte une quarantaine de couples, principalement établis en région Centre. En Lorraine, deux couples nichent en Moselle à proximité du Domaine du Lindre. En 1999, en accord avec le plan de restauration, le Conseil général de la Moselle et l’Office National des Forêts avaient installé trois plateformes artificielles dans ce territoire, mais il a fallu attendre 2007 pour voir le premier couple y construire une aire. En mai 2013, un deuxième couple prend possession d’une autre plateforme construite en 2009.

Située entre les populations de l’Orléanais et de l’Allemagne, la Lorraine est peut-être le berceau d’une seconde population continentale en France. Prolonger le soutien à ce noyau pionnier pourrait contribuer à établir des continuums entre les différentes populations et permettre à l’espèce de retrouver une population viable à l’échelle de l’hexagone. Partant de cette analyse, la DREAL Lorraine a accordé son soutien financier au projet de Lorraine Association Nature (LOANA) d’élaborer une stratégie de conservation en région. Dans ce cadre, l’association LOANA rédige actuellement un Plan Régional d’Action en lien étroit avec l’opérateur technique du plan national (LPO Mission Rapaces) et coordonne plusieurs projets dont l’objectif est de consolider et favoriser la reconquête de la Lorraine par le Balbuzard pêcheur.

Or, la plateforme occupée en 2007 au Lindre par le couple Balbuzards s’est fortement fragilisée : elle a subi la tempête Lothar en 1999 et l’arbre a péri en 2002. Rechargée en branches chaque année par les oiseaux, elle s’alourdit de plus en plus. D’après les experts forestiers cette aire, qu’un coup de vent pourrait faire chuter à tout moment, ne résistera pas non plus à la prochaine nidification. Pour donner une solution de relogement aux oiseaux, LOANA et le Domaine du Lindre du Conseil Général de la Moselle, soutenus par la DREAL Lorraine, ont érigé le 1er septembre dernier à quelques mètres du vieil arbre, un pylône de 15 mètres, surmonté d’une couronne adaptée à l’espèce.